« Été » pas bien ?


C’est le moment attendu par tous, celui des vacances, du soleil, des apéritifs sur la terrasse, des plongeons dans la piscines ou la mer. Les médias confortent la situation en insistant sur le plaisir de l’été, sur le bien-être, le moment de déstresser et de profiter.


Pourtant, certains ressentent plutôt une sorte de mélancolie quand les jours commencent à rallonger. Il faut faire face à des sentiments qui ne correspondent pas à l’ambiance générale et qui annoncent le « blues » des vacances : tristesse, envie de rester enfermé(e), manque d’envie et inertie.


Sous couvert de l’été circule nombre d’obligations implicites comme celle du bonheur. On se doit d’être heureux par exemple ! Mais quand on est un peu anxieux ou déprimé, l’injonction latente ne fait qu’empirer les choses.

La solitude aussi se voit renforcée quand les images autour de soi ne représentent que groupes d’amis ou rassemblements de personnes souriantes et insouciantes.


N’hésitez pas à faire abstraction des autres et des discours ambiants : si vous êtes seul, prenez le temps de vous retrouver, laissez parler votre créativité sans vous censurer, écoutez-vous, accompagnez vos envies même minuscules et suivez la théorie des petits pas.


Une chose après l’autre sans pression mais juste avec la fierté d’y être parvenu.


Et si cela ne suffit pas, venez… nous allons en parler.