Les vertus paradoxales de la distance en E-thérapie


L’interaction à travers un écran peut donner l’impression logique d’une mise à distance de la relation. Pourtant, cette sensation plus ou moins diffuse faciliterait au contraire le dispositif de verbalisation. En effet, tout se passe comme si la distance physique opérait un lâcher-prise, une libération de la parole. La forme particulière des échanges par webthérapie crée une proximité caractérisée par une confidence facilitée.

Le fait également de consulter depuis son environnement propre induit rassurance et confort. Cela favorise la levée des blocages et accélèrerait le travail de dévoilement de soi inhérent à la relation psychothérapeutique. Les experts de l’ISMHO (International Society for Mental Health Online) ont constaté que la communication sur internet entraîne une désinhibition positive chez de nombreuses personnes. On se confie plus aisément par écrans interposés. Cet écran est en effet perçu comme « protecteur ». L’appréhension de la rencontre est réduite, on se sent en sécurité et plus apte à relater ce qui nous amène à consulter. Le transfert se met en place naturellement, la sensation de dépendance est moins intense et le travail tout aussi efficace ! 

On peut alors parler de « distance qui rapproche ».

Parce que ce qui « guérit » c’est justement le transfert, ce lien particulier qui se noue entre le thérapeute et le consultant. Et ce transfert est tout aussi véritable en webthérapie.


A partir notamment des éléments de « Les téléconsultations en santé mentale », A. Mathieu-Fritz